D'ou vient l'inspiration ? Comment nait un morceau de musique ?


A vrai dire, en ce qui me concerne, c'est plutôt instinctif. C'est à dire que j'ai rarement la mélodie en tête avant de la retranscrire. Je suis plutôt du genre à me mettre au piano et à laisser mes doigts courir sur les touches. Et selon l'inspiration du moment, selon mon humeur, cela peut mener à de bons résultats.
Quand un bout de musique commence à germer ainsi, je le rejoue encore et encore, en modifiant l'arrangement, la vitesse... Et quand je sens que je tiens quelquechose de bon, je m'enregistre avec le sequenceur de mon piano. Et je laisse reposer. C'est à dire que le plus souvent, en répetant le morceau plusieurs fois, on s'y habitue, et on ne remarque plus ses défauts On perd l'oreille critique. Donc, le lendamain je réécoute mon enregistrement, et là je décide ou non de continuer la composition. Quand je le réécoute, il doit me surprendre...
ça peut paraitre bizarre mais, il faut que j'arrive à me surprendre moi même. Et quand c'est le cas, je continue le morceau en suivant le même processus.

Avant de posséder un piano, j'utilisais seulement un éditeur MIDI et la souris de mon PC pour composer. Ce n'est pas évident, mais je suis parvenu à faire des morceaux dont je suis assez fier. J'utilise toujours cet éditeur lorsque je compose de la musique "multi-instrumentale" (orchestrée par exemple). Et là, je pose quelque note, un peu au hasard à vrai dire (mais pas trop non plus), pour démarrer la composition. A partir de là j'essaie, j'expérimente. Dans ce cas de figure, j'imagine un peu la melodie à l'avance.
Composer pour plusieurs instruments, créer les arrangements et les orchestrations prend un temps phénoménal...

Pour composer, j'ai besoin d'un fil conducteur. Cela peut être une simple image, un sentiment, une pensée, un poème, une photo, un tableau, ou même une idée de titre ! Pour guider ma musique, il me faut un support... quel qu'il soit.

J'ai la fâcheuse tendance à composer des mélodies tristes. J'ai plus de facilité. Allez savoir pourquoi... En tout cas, pour ma part j'aime quand c'est mélodieux.